ÉcoQuartier

Maille II

Lieu Miramas (13)

ContexteAutre

Description

Miramas est une ville moyenne de 25368 habitants (INSEE 2010) située dans le département des Bouches du Rhône, au nord de l’étang de Berre, à environ 60 km au nord-ouest de Marseille.

Miramas est un important nœud ferroviaire, aussi bien en termes de voyageurs que de fret (passage des lignes Marseille-Avignon, Avignon-Miramas par Salon-de-Provence et Marseille-Miramas par Port-de-Bouc) et accueille la plus importante gare de triage du Sud-Est. Le rail est donc un élément essentiel de l’identité sociale et économique de la ville. Cette vocation a été confirmée en 2008 avec la mise en service d’un terminal de transport combiné (équipement permettant de transférer des marchandises entre des camions et des trains) au niveau de la zone logistique de Clésud (nord ouest de la commune). Cette installation permet de conforter l’activité fret sur la commune. La commune de Miramas se situe donc au cœur d’enjeux importants pour l’économie régionale et nationale dans les décennies à venir. Le quartier de la Maille 2, au nord de Miramas, a été construit entre 1974 et 1979 sur les plans de l’architecte André Lefèvre pour répondre au développement de la ville nouvelle Fos-Istres-Miramas. Ce quartier de 688 logements, hébergeant plus de 2000 habitants, est constitué de 505 logements sociaux (quatre bailleurs : 13 Habitat, Nouveau Logis Provençal (NLP), Domicil, Ouest Provence Habitat) et huit copropriétés regroupant 183 logements. C’était un quartier très dégradé, difficilement pénétrable et enfermé sur lui-même, avec des problèmes de sécurité et de stationnement, sans équipements publics à l’exception d’une école et d'une salle de sport, le COSEC Guy Drut, également très dégradés. Il concentre les problèmes d'un quartier en Z.U.S : plus d’un tiers de la population au chômage, des revenus les plus faibles, des problèmes sanitaires et sociaux importants… Pour l’équipe municipale, la transformation profonde des quartiers en fragilité et du parc de logements sociaux de Miramas est une exigence pour changer la ville. En 2008, elle a donc mobilisé tous les partenaires techniques et financiers pour permettre une rénovation urbaine complète du quartier qui concerne tous ses habitants. Ce projet en cours de réalisation sur la période 2009 et 2015 comprend :

  • 117 logements sociaux démolis, 186 logements reconstruits sur site dont seulement

  • 23 logements sociaux, 94 logements sociaux reconstruits hors site.

  • 388 logements sociaux réhabilités, 315 logements sociaux concernés par des travaux de résidentialisation.

  • Un programme de rénovation urbaine de 55 millions d’euros TTC, financé notamment par les bailleurs sociaux (18,56 millions d’euros), le San Ouest Provence (10,29 millions) ; l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru - 10,16 millions), le conseil général des Bouches-du-Rhône (4,77 millions) ; la Région Paca (2,45 millions), la caisse des dépôts (0,33 million) et la commune de Miramas (0,66 million), 3,06 millions d’euros provenant d’autres recettes (CAF, ventes de terrains).

  • Une opération programmée d’amélioration de l’habitat (Opah à pathologies lourdes) exemplaire pour les 183 propriétaires de logements des huit copropriétés dégradées : montant global estimé à 11,74 millions d’euros, financée par les 183 copropriétaires (2,94 millions d’euros) mais aussi l’agence nationale de l’habitat (Anah - 5,17 millions d’euros), le San Ouest Provence (2,14 millions), le conseil général des Bouches-du-Rhône (0,79 million), la Région Paca (0,70 million)… Jusqu’à 95% de prise en charge publique des travaux de réhabilitation pour les propriétaires les plus en difficulté.

  • Des réhabilitations permettant une réduction de la facture énergétique, de nouvelles constructions écologiques et à hautes performances énergétiques (HPE).

  • Un développement fort de la mixité sociale sur le quartier et la ville ; une diversification de l’offre de logements : 113 logements en promotion privée, 32 logements en promotion sociale, 18 logements réalisés par Foncière logement.

  • D’importants travaux de voiries et réseaux pour désenclaver le quartier, permettre une meilleure circulation interne, autoriser l’accès au quartier des transports en commun et rendre conviviaux les espaces communs : place publique centrale définie avec la population, espaces verts, circulations piétonnes et cyclistes, stationnements…

  • De nouveaux équipements structurants : une école totalement reconstruite, un pôle municipal enfance de 0-18 ans, une micro-crèche, un bassin d’apprentissage de la natation, deux salles de sport…

  • Des actions fortes d’accompagnement social du projet : une convention innovante de gestion urbaine et sociale de proximité avec des actions associant tous les partenaires, une charte pour le relogement avec des engagements pour garantir les intérêts des personnes relogées, une charte d’insertion très ambitieuse pour favoriser l’embauche de gens du quartier sur les chantiers (8% des embauches réservées).

  • Le développement de moyens efficaces d’information et de démocratie locale pour que les habitants ne soient plus « les oubliés » de ce dossier. Les élus présentent et font vivre le projet en porte-à-porte, cages d’escalier après cages d’escalier, réunions après réunions. Une “Maison du Quartier”, local dédié à l’information et au débat avec les habitants, a été ouverte. Une concertation exemplaire de la population est menée pour la définition des nouveaux espaces du quartier. Des moyens adaptés de concertation et de communication sont également mobilisés (Conseil de quartier, journal trimestriel L’Écho de la Maille 2, site Internet dédié...).

  • Une conduite de projet partenariale très cohérente et structurée, l’appui de consultants spécialisés pour une réelle mise en œuvre du développement durable (CAUE, CETE Méditerranée, AR HLM PACA Corse…).

  • Une réflexion est d’ores et déjà engagée sur la vie du quartier après sa rénovation. Des outils seront mis en place pour permettre un entretien et une animation garants de la bonne conservation des travaux réalisés et d’une amélioration permanente des relations sociales. Des initiatives sont également prises pour attirer des activités économiques dans le quartier et améliorer la formation et l’emploi des habitants. La volonté de rénovation urbaine des élus va au-delà de la Maille 2. Un effet d’entraînement a été impulsé sur toute la ville. L’objectif est que, grâce à la Maille 2, tout Miramas bouge !

Les quatorze bailleurs sociaux intervenant sur Miramas ont tous été mobilisés, qu’ils soient présents ou non sur le quartier. Ils se sont engagés dans des opérations de réhabilitation de leur patrimoine, en investissant sur leurs fonds propres avec des subventions de droit commun, en dehors de la programmation Anru (aujourd'hui, le coût d'opération est évalué à 120 M d'euros).

Démarches

ÉcoQuartier

Adresse

Quartier La Maille 2 - 13148 MIRAMAS

Appartenance à un Plan / Programme

ANRU (PNRU ou NPNRU)